Les juges

Ce que veulent les juges : la mort de Tariq RAMADAN ?

Participez à la manifestation de la vérité en nous envoyant des informations

Listes des manquements des juges d’instruction:

Sur le refus du dossier :

Les trois juges d’instruction ont toujours refusé à Tariq RAMADAN d’avoir accès à son dossier. Ils refusent qu’il ait une copie des éléments qui pèseraient sur lui, l’empêchant ainsi d’assurer correctement sa défense.

  • Au début de l’enquête certains éléments à décharges n’ont pas été transmis à la police
  • Décision de mettre Tariq Ramadan en détention, alors même que d’autres personnalités accusées des mêmes faits n’ont pas été enfermé
  • Les juges ont nié la sclérose en plaque de Tariq Ramadan lorsqu’il était en prison. 
  • Ils ont accusé Tariq Ramadan de vouloir se procurer un téléphone portable pour faire des menaces
  • Ils ont soupçonné la femme de Tariq Ramadan de vouloir rentrer dans la prison avec une caméra cachée et avec des journalistes
  • Ils étaient au courant que la compagnie de Marseille ne pouvait pas faire l’analyse de reconnaissance faciale de Paule Emma Aline mais attendent 4 mois pour le communiquer alors que Tariq Ramadan est en prison
  • Le 18 juillet ils font signer les papiers de caution à Tariq Ramadan, laissant entendre qu’il sera libéré puis change d’avis sans expliquer pourquoi à son avocat.
  • Pendant la confrontation avec Henda Ayari, la juge Guillermet lui souffle les réponses.
  • Au mois de février ils ont déjà les réponses des analyses des téléphones des plaignantes mais les produisent que le 24 septembre c’est à dire après la confrontation avec Paule Emma Aline. Ces messages retrouvés vont révéler les mensonges de la version de Paule Emma Aline.
  • En septembre ils refusent la démise en examen sur le motif qu’ils attendent le détail des éléments de l’horodatage.
  • Tout au long de la mise en examen de Tariq Ramadan les juges disent que Tariq Ramadan exerce des menaces mais il n’existe aucune preuve de ces menaces

Le rejet des demandes d’actes : les demandes d’actes formulées par Tariq RAMADAN ont toutes été rejetées  :

  • Ils n’ont jamais demandé les fadets des conversations entre les plaignantes et C. Fourest.
  • Ils n’ont jamais convoqué C. Fourest, JC Elfassi ni A. Soral. 

Des mises en examen sans aucune enquête préalable : faits rarissimes dans les affaires judiciaires, les trois juges en charge de l’instruction Mme Camille Guillermet, M. Cyril Paquaux et Mme Camille Palluel ont mis en examen deux fois : 

Sur la base de témoignages de deux femmes qu’ils n’ont pas interrogées
Et pour lesquelles, depuis cinq mois, aucune investigation n’a été versée au dossier !!!

  • En 2019 le parquet demande un réquisitoire supplétif pour Elvira sur laquelle ils n’ont fait aucune investigation.
  • Ils ne tiennent pas compte des rapports de la Brigade Criminelle qui mettent en évidence les mensonges de Henda Ayari et Paule Emma Aline. La diversité de ces versions et les rapports qu’elles ont eu par ailleurs à la même période avec d’autres hommes.
  • 3 jours après son passage pour la présentation de son livre chez Bourdin le 6 septembre 2019, dans lequel il va confirmer qu’il n’était pas en France mais aux États-Unis le 23 mai 2014 date du présumé viol d’Elvira, les juges vont demander au Parquet de prendre un réquisitoire supplétif sur 2 nouvelles personnes qui n’ont pas porté plainte.
  • Les interrogatoires de M Rabbouj qui veut retirer sa plainte et qui se voit conseiller par la juge de ne pas le faire pour pouvoir rester dans le dossier selon ses propres dires.
  • Paule Emma Aline conteste l’expertise de 4 compagnies internationales spécialisées dans la reconnaissance faciale qui confirme que c’est bien elle dans la salle. Les juges vont demander à C.Fourest de confirmer que ce n’est pas Paule Emma Aline sur les photos de la conférence.
  • Le cas d’Elvira disparait du dossier et Tariq Ramadan ne sera pas questionné sur cette plainte alors même que la brigade criminelle met en avant le rôle de Elfassi dans le dépôt de la plainte chez un ami policier de Toulon et le fait q’il est en contact avec toutes les plaignantes.
  • Les juges ne tiennent pas comptes des éléments apportés par la Brigade criminelle qui prouvent les mensonges des plaignantes notamment sur leurs profils.
  • 2 jours avant son dernier interrogatoire une femme s’est porté partie civile dans l’affaire. Elle avait demandé fin décembre 2019 aux enquêteurs de la “laisser tranquille.” Elle change soudain d’avis ( deux jours avant l’interrogatoire de Tariq Ramadan) et se porte partie civile à Paris alors qu’elle vit en province. Qui a engagé pour elle la procédure ?  Qui l’a poussée?
  • Les juges ont décidé de mettre en examen Tariq Ramadan pour cette plainte sur la base d’indices concordants alors qu’ils savent que ce témoignage est une copie conforme des premières versions de Henda Ayari et de Paule Emma Aline, dont on sait qu’elles ont menti grâce à l’enquête de la Brigade criminelle !!
  • Au sujet de cette dernière plainte Elvira déclare sur les réseaux sociaux qu’ Eric Morain serait impliqué.

Un expert judiciaire tout indiqué : Fin 2019 les juges choisissent de mandater le Dr Daniel Zagury pour une expertise sur l’emprise. Cette expertise suit exactement les lignes d’une note qu’a déposé dans le dossier Me Morain. Les juges ne répondront pas aux 2 lettres de Me Marsigny qui demande la disqualification de Dr Zagury eu égard à son appartenance au comité scientifique de Schibboleth. 

Le manque d’impartialité :

Le Dr Daniel Zagury est membre scientifique et en relation avec tous les autres membres de l’association Schibboleth liée à l’association Akadem qui appartient au Fond social Juif Unifié.
Du fait qu’il soit l’expert mandaté pour déterminer la pseudo « emprise » dont est accusé l’islamologue Tariq Ramadan, Zagury est manifestement sujet au conflit d’intérêt idéologique et d’opinion !
La neutralité professionnelle du Dr Zagury n’est clairement pas garantie.

Cerise sur le gâteau, observez comment les protagonistes se disputent et s’embrouillent : Voilà comment ils se tirent dessus … Ce groupe « Whatsapp » est constitué au moins de Grégoire Leclerc, Henda Ayari, Jonas Haddad et JC Elfassi. En vert, il s’agit de JC Elfassi.