Le piège

D’après les éléments du dossier, les déclarations des plaignantes et de témoins ou proches de celles-ci, les accusations contre Tariq Ramadan semblent être un piège mis en place afin de le faire « tomber », « exploser en plein vol », le « salir ».

En effet, à partir des éléments que nous avons il semblerait que depuis 2007, certaines femmes dont les quatre plaignantes Paule Emma Aline, Henda Ayari, Mounia Rabbouj et « Brigitte » cherchent à piéger Tariq Ramadan

 Jugez par vous-même …

2008, "Brigitte"...

« Brigitte » la plaignante suisse rencontre Tariq Ramadan en 2008. D’après leur correspondance, suite à leur unique et première rencontre, elle prend contact avec la presse, Tariq Ramadan l’apprend et décide de couper les ponts. Ce qu’elle ne semble pas accepter. S’en suit une série de messages qui oscillent entre frustration de ne pas revoir Tariq Ramadan et menaces déguisées. Dans la correspondance entre « Brigitte » et Tariq Ramadan, l’islamologue répond peu, environs six messages pour une vingtaines de la suissesse :

Le 3 mai 2009

Tariq Ramadan reçoit un email d’une certaine Yasmina qui l’informe que deux femmes cherchent à le piéger dont Mai Mouna :

2009, Paule Emma Aline...

Paule Emma Aline avant la rencontre avec Tariq Ramadan sous un pseudo identifié par la Brigade Criminelle, « Nathalie », parle de pièger l’islamologue avant leur première rencontre.

https://www.rtl.fr/actu/justice-faits-divers/tariq-ramadan-ses-maitresses-voulaient-le-pieger-pour-se-venger-7798231570

Paule Emma Aline un mois après le présumé viol dont elle accuse Tariq Ramadan parle encore de “piège” :

Article Muslim Post

Henda Ayari dénonce l’attitude de  Paule Emma Aline en 2014 à Tariq Ramadan, et comme vous. pouvez le voir elle échange toujours avec lui sur un ton apaisé….

Et en 2018 sur les réseaux sociaux :

2012, Henda Ayari...

Henda Ayari rencontre Tariq Ramadan en 2012. Dès leur rencontre elle évoque avec Tariq Ramadan Alain Soral qui lui aurait demandé de piéger Tariq Ramadan. Elle l’évoque aussi avec Gamal Albina, témoin dans le dossier, qui déclare avoir aussi subit de fausse accusation de Henda Ayari.

Ainsi soit elle ment lorsqu’elle dit qu’Alain Soral lui a demandé de piéger Tariq Ramadan, soit elle ment lorsqu’elle dit avoir refusé….

http://gamalabina.canalblog.com/archives/2018/06/06/36464410.html

2013, Mounia Rabbouj...

Mounia Rabbouj rencontre Tariq Ramadan en 2012-2013. Sa sœur prend contact avec Tariq Ramadan des 2014 pour la prévenir qu’un piège était en cours.

Blog de Kalhil Zaguendi, Jean-Claude Elfassi, Salim Laibi & CO

Jean-Claude Elfassi semble être celui qui a fomenté la mise en place du piège avec la convergence d’intérêt d’autres protagonistes.

Les voici :

Depuis 2007 sur les blogs, le piège semble s’organiser, via Kalhil Zaguendi, Salim Laibi et leurs blogs ou les femmes échangent concernant leur « vengeance », la volonté de tendre un « piège ». “Brigitte” et Paule Emma Aline y ont participé activement.

Jean-Claude Elfassi et Maamar Metmati via leur chaine youtube et blog respectif.

Caroline Fourest évoquée par Paule Emma Aline mais aussi Elvira comme partie pris du piège tendue à Tariq Ramadan.

Alain Soral évoqué par Paule Emma Aline et Henda Ayari et Ian Hamel qui gravite autour des plaignantes notamment « Brigitte ».

Sur aucune de ces plateformes elles ne parlent de viol. Elles dénoncent « des infidélités » et d’avoir été « laisse tombé. »

Curieusement, les protagonistes ont effacé les pages ou les commentaires de ces femmes apparaissaient. 

Nous avons tout de même pu récupérer certaines pages du blog de Khalil Zaguendi « Bruxelloise, non peut-être ! » :

Ces femmes, dont “Brigitte” et Paule Emma Aline, sur le blog de Khalil Zaguendi « Bruxelloise, non peut être ! » se réunissent et échangent, parlant de « piéger » mais aussi « de détruire » Tariq Ramadan. Elles ne parlent jamais de “viol”. L’accusent de ne pas leur être « fidèle » et parlent de « vengeance » et de volonté « de détruire » l’image de Tariq Ramadan via « les journaux » et « un livre » durant des années.

Des échanges explicites

“Brigitte”, Paule Emma Aline, Henda Ayari et Mounia Rabbouj ont continué à échanger avec Tariq Ramadan après le viol présumé dont elles l’accuseront des années plus tard.

Cela contredit totalement leurs accusations. Ce que la Brigade criminelle constate.

L’hypothèse des juges semble être l’emprise

Or aucun phénomène d’emprise ne pousse à reconstruire une scène de viol pour détruire, ou salir. Pourtant les accusatrices ont toutes raconté une version qui présente Tariq Ramadan comme un monstre durant la nuit du viol présumé, version totalement infirmée par la Brigade criminelle mais aussi au vu de leurs échanges avec Tariq Ramadan, et entres elles sur les différents blogs. 

Elles ont donc délibérément raconté une nuit de violence imaginaire avec Tariq Ramadan.

Jugez-en par vous-même :

Correspondance entre Tariq Ramadan et Henda Ayari 2 ans après le viol présumé. Elle a déclaré ne plus être en lien avec lui depuis 2013.

Correspondance entre Paule Emma Aline (sous pseudo) et Tariq Ramadan datant de 2010. Elle a déclaré ne plus être en lien avec lui depuis 2009.

Elle fait référence dans cet échange à Denise avec qui elle parle, avant de rencontrer Tariq Ramadan, de le piéger.

PEA dit clairement que Denise est en lien avec la plaignante Suisse « Brigitte » appelé aussi « Mai Mouna ».

Correspondance datant de 2015 entre Mounia Rabbouj et Tariq Ramadan.

Elle a pourtant déclaré n’avoir plus aucun contact avec Tariq Ramadan depuis 2013.

Correspondance entre Tariq Ramadan et « Brigitte » le 29 octobre, jour où elle déclare avoir été violé.

Correspondance entre « Brigitte » et Tariq Ramadan en décembre 2008. Elle est restée en lien avec lui non pas pour avoir « des excuses » comme elle le déclare dans son audition :

Pourquoi ces femmes ont menti ? 

Qu’est ce qui fait que des plaintes dont le récit a été infirmé par la Brigade criminelle puissent continuer à être instruites ? 

Comment l’hypothèse de l’emprise peut-elle être exploré par les juges lorsque l’on voit les dialogues qui ont suivit des mois durant après le viol dont elles l’accusent ? 

Les mensonges, durant les auditions, qui se ressemblent entres chaque plaignantes ?  La volonté de piéger Tariq Ramadan avec un « paparazzi » évoqué par deux des plaignantes ?

Pourquoi ces femmes semblent agir sans craindre d’être inquiété par la justice concernant leurs mensonges ? Sont-elles instrumentalisées ? Qui est sous l’emprise de qui ?

La réponse par Elvira, la quatrième plaignante ?

 

Ou Mounia Rabbouj la deuxième plaignante ?

Ou par Jean-Claude Elfassi ?

Une vidéo posté par la Free Tariq Ramadan Campaign reprend également ces éléments et encore d'autres que nous avons tous pu vérifier.

Faites vous votre avis...